Stellantis

Stellantis : un an après, la fusion PSA-Fiat ?

 

Voilà un an que PSA et Fiat ont fusionné en Stellantis groupe. Ce regroupement à donné naissance a Stellantis PSA. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Stellantis fête son premier anniversaire. Pour rappel le nom provient du verbe latin « stello » que l’on traduit par « briller d’étoiles ». Les 18 et 19 janvier 2021, un peu plus d’un an après l’officialisation du projet de fusion, le groupe né de l’assemblage de PSA et FCA (Fiat Chrysler Automobiles) entrait aux Bourses de Paris, Milan et New York. Au cours de cette première année de vie commune, qu’estce qui a changé ? On peut dire que les conducteurs ordinaires ne font aucune différence. etant donnée que les 14 marques du groupe continuent leur fonctionne dans leur concession, le client ne peut le constater. Logiquement, comme le soulignait le premier anniversaire de Renault-Nissan, l’automobile est une industrie de longue haleine, et il faut des années entre les décisions en coulisses et  les décisions de vente au détail.

Stellantis, une retructuration en douceur

 

Les 12 premiers mois de Stellantis et de son patron Carlos Tavares ont ainsi permis de poser cette immense fondation pour 14 marques. Marche rassemblée à plusieurs pôlesLa naissance solennelle s’est accompagnée d’une présentation d’une nouvelle équipe dirigeante avec de nombreux mouvements au sein du département. Par exemple, Jean-Philippe Imparato est  passé de Peugeot à Alfa Romeo. Les marques ont aussi été placées en « pôles », des groupes selon leur positionnement sur le marché : Citroën avec Fiat, Peugeot avec Opel, DS avec Alfa Romeo et Lancia. Au sein de ces groupes, les firmes vont appliquer une stratégie chère à Carlos Tavares : la voiture sœur, c’est-à-dire une voiture partagée au maximum. C’est ainsi le cas des nouvelles Peugeot 308 et Opel Astra, où tout ce qui n’est pas visible est commun. C’est l’intérêt principal du mariage : obtenir un maximum de synergies pour faire des économies significatives.

Stellantis a promis la sauvegarde des marques

 

Carlos Tavares a fait une promesse au lancement de Stellantis : chaque marque aura sa chance, il n’est donc pas question de passer à la trappe des labels, même les plus mal en point comme Chrysler. Mais les infos concrètes sur leur avenir se sont faites rares en 2021. Pour en savoir davantage, le groupe nous donne rendez-vous pour le 1er mars 2022, avec la présentation d’un plan stratégique à long terme. On espère en savoir plus sur la construction des futures gammes.  Seulement quatre plateformes pour tout le monde. Une vrai politique d’optimisation des coûts, pour construire malin. La rentabilité est le nerf de la guerre, le groupe doit se développer de façon efficient pour faire face au défi de demain, la fin du thermique. La concurrence est nouvelle sur l’électrification, Tesla et les constructeur Chinois. Ces derniers veulent conquérir l’Europe avec leur maitrise des batteries Lithiums qui leur confèrent un avantage certains.

un groupe électrique

 

Une chose est certaine : il y aura une avalanche de voiture électrique. Car le groupe Stellantis n’a pas attendu pour évoquer la feuille de route de son électrification, organisant en juillet 2021 une conférence dédiée. A cette occasion, Stellantis a annoncé le démarrage de la construction de quatre nouvelles plateformes de véhicules électriques pour répondre aux besoins de l’ensemble des 14 marques, des petites citadines abordables aux gros pick-up. La prochaine génération de 3008, prévue pour 2023, lancera la première. Nous savons également qu’Alfa Romeo, DS, Lancia et Opel seront entièrement électrifiées d’ici 2028. Dans le cas de Fiat, ce sera 2030. Le passage au véhicule électrique imposé par la réglementation européenne, précipite la course à l’électrification. Les cartes peuvent être redistribuées car une partie du savoir-faire des marques des constructeurs résidés dans l’élaboration de moteur thermique. La fin de cette technologie va permettre à de nouveaux acteurs d’entrée dans le marché automobile, à l’instar de Tesla.

Le passage a l’electrique une obligation Européenne

 

Carlos Tavares le gérant du groupe Stellandis déplore cette imposition de technologie. Pour lui, dans le cadre de la conversion énergétique, « l’électricité est une technique politique, pas une industrie ». Cela empêchera le Groupe de proposer d’autres solutions pour réduire les émissions : moins chères et  plus abordables que les véhicules électriques. Carlos Tavares évoque aussi « l’impact social » de ce choix politique européen, et la classe moyenne ne peut plus s’offrir ces voitures. Il alerte sur un autre aspect : l’impact sur les usines qui doivent être reconstruites à grande vitesse. Les véhicules électriques nécessitent moins de travailleurs à assembler et moins de pièces, donc moins de sous-traitants sont nécessaires. Il y a fort à parier que certaines sous-traitants se verront contraints de fermer leurs portes ou de licencier pour continuer d’exister. cependant, Carlos Tavares a promis de ne pas fermer le site dès le début. Il s’agit d’une exigence importante pour obtenir le feu vert avant une fusion. 

Une recherche de rentabilité

 

C’est clairement la spécialité de Carlos Tavares qui rend le groupe rentable en réduisant les coûts. Il a notamment attaqué un contrat avec un concessionnaire européen. Certains ont été bannis et d’autres ont été contraints d’agir comme agents. « Je pense qu’on n’a plus besoin de la véritable cathédrale, le showroom de 2 000 mètres carrés, pour présenter la maquette », précise t-il. Autre chantier de taille : réduire le coût de fabrication des pièces Fiat. La baguette magique de Carlos Tavares fonctionne. Au premier semestre 2021, l’industrie automobile était en pleine tourmente, et le groupe a réalisé un résultat opérationnel de 11,4% dans une contexte économique difficile, notamment en raison d’une augmentation des matières premières et d’une pénurie de composants électroniques. Les économies d’échelles promis lors de la présentation de la fusion des groupes est clairement en bonne voix. Cette année écoulée est de bonne augure pour l’avenir du groupe Stellantis.